Quand les gros sous font la loi dans la chaîne de production cinématographique

Quand on cherche des informations sur ce qu’est la chaine de production audiovisuelle, on tombe généralement sur les 3 grandes étapes souvent citées que sont la pré-production, la production et la post-production correspondant à :
– la préparation
– le tournage
– la finalisation
Ce que vous retrouvez dans le diaporama succinct ci-dessous.

Ces phases sont toutes trois des moments de création artistique au service de ce que l’on appelle le septième art depuis le début du XXe siècle. Cependant, aujourd’hui, il est important d’avoir à l’esprit que l’idée n’est plus de faire un film mais de toucher un public le plus large possible, de le divertir et de faire des bénéfices importants. Cette posture est particulièrement vraie aux Etats-Unis où les productions cinématographiques sont victimes d’une approche commerciale. Les critères de faisabilité d’un film sont alors l’audience espérée, les succès passés de films analogues et la notoriété du casting d’acteurs et du réalisateur. La réalisation artistique n’est donc plus le premier critère, en particulier pour les distributeurs de Hollywwod.

“S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille”. Cette citation d’Erwin Panofsky, historien de l’art et essayiste allemand ouvre l’article très intéressant de Zachary Louis sur le cinéma américain. Il explique comment certains films sont même devenus les produits dérivés d’autres produits plus rentable encore (comme les jeux vidéos par exemple). Le film est alors un “teaser” de lancement pour tout le processus commercial :
“Certains films forment des concepts qui servent à une myriade de produits dérivés. Disney en est bien sûr le spécialiste, et sait parfaitement capitaliser sur le succès de ses dessins animés. Lors des lancements et après, de multiples produits dérivés s’inspirant d’un concept sont mis en vente, créant une véritable filière. Les droits d’exploitation, la télévision et les parcs de loisirs forment une suite industrielle finalisant le processus. L’exploitation des films n’est alors plus la source de revenus prépondérante, mais cependant vitale pour mettre en route la machine industrielle”

Le cinéma est également un très bon support de communication pour le placement de produits des marques. Très tôt (dès les début du média cinéma), les produits de marque ont faire leur apparition dans les films pour bénéficier d’une publicité indirecte aux retombées commerciales souvent importantes. Le film Minority Report est souvent cité cocernant le placement de produit puisque cela a contribué largement au financement du film. Le documentaire Super cash me de Morgan Spurlock sorti en 2011 relate ce processus de financement des films par le placement de produits. (voir à ce sujet 139 exemples de placement de produits)
La tendance cinématographique outre-atlantique est à la surenchère des moyens. Jusqu’où va aller Hollywood pour continuer à nous “divertir” ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search