La machine à lire en mouvement perpétuel

Ce billet a été rédigé par Lucile Hertzog.

La machine à lire en mouvement perpétuel

A l’occasion de la réunion de deux écoles, l’École Supérieure Nationale de Lyon et l’École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne, les étudiants ont travaillé sur un projet artistique autour du thème de la « machine à lire ».
Ils devaient imaginer une machine qui puisse être exposée dans les lieux publics. Ces machines devaient interroger la lecture.

Deux étudiants, Miriam Betoux et Benjamin Fernandes, ont travaillé sur un dispositif performatif permettant la révélation d’un mot.

La machine imaginée tient un mouvement perpétuel qui vient éroder une matière et celle-ci s’use au fur et à mesure, permettant de découvrir des fragments de lettres, que l’on identifie ou pas au premier regard.

Il faut laisser la machine faire son oeuvre pour enfin pouvoir découvrir le mot : RESSASSER. Ils mettent en évidence les palindromes, c’est à dire des mots qui peuvent se lire dans les deux sens.

RESSASSER

 » La temporalité est importante dans ce projet car l’attente que crée la machine permet de stimuler la curiosité du spectateur.  » dit Miriam Betoux, étudiante à l’ESADSE.

En effet, Miriam et Benjamin puisent leur inspiration dans les machines à mouvement perpétuels. Ces machines ont un mouvment cyclique donnant plus d’énergie qu’elle n’en reçoit, et étant utilisé comme moteur. De telles machines sont impossibles et sont truquées. Léonard de Vinci fut l’un des nombreux savants à se pencher sur le mouvement perpétuel.

machine-mouvement-perpetuel

 

Ce projet m’a touché par sa vision poétique accordée au mot et au temps. Je remercie les étudiants de l’ESADSE pour nous avoir fait découvrir leur vision de la machine à lire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *