The Gooseberry project : Blender refuse de tenir la chandelle

La fondation Blender, afin de poursuivre le développement du logiciel homonyme, s’est associée à 12 studios indépendants auxquels elle entend faire réaliser un long métrage d’animation grâce aux fonds récoltés lors d’une campagne de financement participatif.

Un groseillier à la sauce “open”

Répartition géographique des studios du projet Gooseberry

Pas moins de 12 studios indépendants vont être amenés à travailler en étroite collaboration de 2014 à 2016 à la conception d’un film d’animation. Durant un an et demi, entre 60 et 80personnes seront employées à plein temps et épaulées par la communauté en ligne de Blender qui sera le “treizième guerrier” du projet. Conséquence directe, le film ne sera détenu par ses principaux contributeurs que sur un très court laps de temps, avant d’ête distribué au plus grand nombre sous licence Creative Commons. Outre l’intérêt artistique évident du projet, la fondation Blender voit dans la réalisation de ce film un outil de développement logiciel. Ne seront utilisés que des logiciels libres et ce dans l’ensemble des domaines du projet : Création audio-numérique, partage de la puissance de calculs, la gestion de projet mais aussi les communications. Le caractère partriculièrement ambitieux de la démarche est l’occasion pour la fondation Blender de mettre en avant un service récent : le Blender Cloud.

Le blender Cloud

A l’image de la fondation Mozilla qui attend beaucoup du déploiement de la nouvelle version de son mécanisme de synchronisation des modules complémentaires et marque pages, la fondation Blender s’est décidée à investir les nuages. L’entité entend utiliser ’informatique dans les nuaes à l’opposé des éditeurs de logiciels propriétaires, c’est à dire en évitant de rendre captif les utilisateurs. Tout le matériel à disposition en ligne est open source, notamment des heures de tutoriels vidéos ainsi que l’ensemble des films réalisés précédemment par le studio Blender. C’est également sur cette plateforme que seront rendues publics les projets les plus novateurs dans le cadre du développement continu du logiciel. L’ensemble des outils et des matériels utilisés et produits par les équipes du Gooseberry project y figureront en bonne place.

“Blender is really about PEOPLE first”

Evolution de la campagne de fincancement du projet Goosebery
Un projet aussi ambitieux requiert un solide financement. Pour parvenir à ses fins, le studio Blender estime nécessaire de réunirr au minimum 3,5 millions d’euros, dans l’idéal 6 millions. La fondation étant déjà parvenue à réunir 1,6 millions, l’occasion lui était offerte de s’essayer à un nouveau modèle économique, ses revenus traditionnels issus notamment de la vente de dvds, étant en baisse constante. Pour obtenir les 1,9millions d’euros qui lui font cruellement défaut pour l’heure, la structure entend faire appel au public et plus particulièrement aux membres de sa communautés. En effet, le lancement d’une campagne de financement participatif, qui arrivera à son terme dans un peu plus d’une quinzaine de jours, s’effectue exclusivement sur son site internet. La fondation lance ainsi un appel vibrant à ces 10.000 à qui elle promet de réaliser leur “propre film”. A 19 jours de la date butoir, il semble délicat de parvenir à atteindre le compte dans les délais, reste à espérer pour la fondation que les dix mille modernes seront à la hauteurs de leurs prédécesseurs.

Qu’est ce que Blender ?

Il s’agit d’un logiciel de modélisation et d’animation 3D gratuit et open source. Extrêmement polyvalent, il peut être employé, entre autres, à des fins de visualisation de données aussi bien que pour créer des jeux vidéos. Cependant, l’usage qui l’a fait gagner en notoriété ces dernières années est sans conteste la création de films d’animations. A l’origine, l’application était la propriété du studio hollandais Neo Geo et de la société Not a Number Technologies qui la distribuaient en shareware. Cependant, 2002 fut l’année de la banqueroute pour Nan. Une collecte de fond permit de rassembler 100 000 dollars qui furent remis aux créanciers de la société en échange de la libération du code. La fondation Blender voyait le jour. Depuis 2005, le studio Blender, le bras armé de la fondation, a mené à bien la réalisation de pas moins de cinq films d’animation, ce qui a accéléré l’accroissement de la part de marché de Blender. A l’heure actuelle, des studios de production expérimentés, ainsi que des membres de la communauté Blender sont éparpillés un peu partout dans le monde. Project Gooseberry est l’occasion de les amener à travailler de concert.

Sources :

Nb : En Anglais Gooseberry signifie tout à la fois groseillier et tenir la chandelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *