Netflix, un Netpouvantail ?

Netflix logo

Fondée en 1997 en Californie, Netflix fait partie, en 2014, des entreprises qui dominent à l’échelle mondiale le marché des séries télévisées et films proposés en flux continu. En effet, l’entreprise propose pour 7,99 $ par mois un accès illimité à une base contenant près de 100 000 films et séries. Signe de la tendance ascendante de l’entreprise et de son dynamisme, son action cotée au Nasdaq s’établit à l’heure actuelle à près de 400 $, soit une progression de plus de 950% sur les 5 dernières années. Fin 2013, plus d’un Américain sur dix était un abonné de Netflix, tandis que le groupe comptait dans le monde 10 millions 930 mille membres. Signe du gigantisme de l’entreprise, dans un contexte d’augmentation continue du pourcentage de la bande passante allouée à la vidéo à la demande et notamment en flux continu, Netflix accapare à lui seul près du tiers de la bande passante en Amérique du nord, tandis que ses concurrents directs, tels qu’Hulu ou Amazon n’en emploient qu’1% chacun.

En Europe, Netflix est déjà présent au Royaume-Uni, en Scandinavie et aux Pays-Bas. Le 4 Février 2014, Netflix annonçait lever 400 millions de dollars dans le but, notamment, d’accélérer l’arrivée de ses services dans de nouveaux pays européens, sans pour autant mentionner explicitement le moindre Etat. Néanmoins, depuis plusieurs mois, des signes laissent à penser que la France pourrait faire partie des nations prochainement investies par l’ogre américain. En effet, la société française des auteurs et compositeurs dramatiques donnait le mois de Septembre comme « possible et crédible » pour une arrivée de Netflix en France, tandis que le 4 Décembre des responsables de l’entreprise américaine étaient à Paris pour rencontrer David Kessler, le conseiller médias/culture de l’Élysée ainsi que des responsables des autorités françaises en charge des questions de droit d’auteur et de production audiovisuelle. L’imminence de l’arrivée de Netflix ne va pas sans provoquer quelques tensions au sein de l’hexagone

Le 3 Janvier 2014, les ministres de la Culture et de l’Economie publiaient un rapport dans lequel ils mettaient en garde contre les diffuseurs de contenus par abonnement tels Netflix qui « pourraient venir dans un avenir proche concurrencer les éditeurs traditionnels de contenus audiovisuels, en captant de l’audience et des recettes publicitaires afférentes, tout en gagnant un pouvoir dans la prescription des contenus ».

Il existe pourtant en France, un certain nombre de règles et des textes auxquels sont notamment assujettis l’ensemble des acteurs du marché audiovisuel et qui fondent ce qu’il est convenu d’appeler « l’exception culturelle ». Ainsi, la « chronologie des médias » impose aux diffuseurs d’attendre 36 mois après sa sortie en salle avant de pouvoir proposer en vidéo à la demande un film qui sera passé au préalable par les chaînes payantes, les chaînes gratuites et la vente en DVD. Les diffuseurs doivent également reverser 40% des revenus engrangés directement à la production audiovisuelle. Netflix, en cas d’implantation, devrait non seulement respecter cette réglementation, mais se heurterait également à une concurrence bien implantée. D’ores et déjà, FilmoTv et Canal+ proposent respectivement pour 9,99 € et 10 € par mois d’accéder à des classiques et des films de plus de trois ans et ce en flux continu. Pourquoi, dès lors, tant redouter l’arrivée de Netflix ?

L’implantation du groupe américain pourrait bien changer la donne. Si Netflix devait émettre du Luxembourg où la fiscalité est plus avantageuse, le financement de la production non imposé et la chronologie des médias inexistante, il pourrait s’affranchir de la législation française. Or, depuis Décembre 2011, le siège européen de Netflix est implanté au Luxembourg. La raison pour laquelle des acteurs majeurs tels TF1 ou M6 ne sont pas présents sur le créneau des contenus en flux continu contre abonnement et le relatif succès des offres de Canal+ et FilmoTv  résident dans la même cause : l’impossibilité de proposer des nouveautés qu’induit la chronologie des médias. Ceci explique, pour l’heure, en partie, le relatif désintérêt du public en France qui contraste avec le succès retentissant de Netflix, sur le même créneau, outre Atlantique. Un catalogue fourni en contenus plus récents fait craindre aux producteurs un désintérêt du public pour la télévision payante, sans oublier que les séries télévisées ne sont pas concernées par la chronologie des médias et que Netflix produit lui-même une partie des contenus qu’il propose dans ce domaine. Autre avantage de Netflix : la mobilité. Si l’offre est compatible avec la majeur partie des consoles de salon, téléviseurs, media center, smartphones, tablettes et ordinateurs, en réalité, il est possible de se connecter aux services de Netflix de n’importe où, du moment que l’appareil utilisé est muni d’un navigateur, ce qui n’est pas toujours le cas des offres concurrentes qui nécessitent bien souvent de disposer d’une box.

Autant de raisons qui poussent les acteurs de l’audiovisuel français, notamment les chaînes privées, à organiser à titre préventif, un semblant de riposte. Canal+ a ainsi créé au début de l’année une section chargée de proposer des offres payantes sur Internet, tandis qu’un haut responsable de TF1 a appelé à la création d‘un  « Hulu à la française ». Une vive appréhension en France donc, mais ces craintes sont-elles justifiées ? Netflix a rencontré un succès éclatant aux Etats Unis car la concurrence y est moindre, notamment du point de vue de la vidéo en rattrapage, gratuite, développée et qui est entrée dans les mœurs en France. Surtout, Netflix a bénéficié d’une législation bien plus laxiste outre-Atlantique, tandis qu’en France, le 3 Janvier dernier, Pierre Moscovisi et Aurélie Filipetti annonçaient, sans préciser de date, vouloir soutenir la création dans les secteurs de la culture impactés par les changements induits par les nouvelles technologies au moyen d’une « loi sur la création ». Si les députés devaient légiférer, la menace que fait peser Netflix sur l’audiovisuel Français ferait long feu.

SOURCES

Tsukayama Hayley, « Internet data usage jumps; Netflix makes up one-third of bandwidth use », The Washington Post, 08/11/2012.

Webmanagercenter – Netflix veut lever de l’argent pour se développer en Europe, http://www.webmanagercenter.com/actualite/international/2014/02/04/145879/netflix-veut-lever-de-l-argent-pour-se-developper-en-europe.

Netflix ne fait pas peur au Luxembourg, http://www.paperjam.lu/article/fr/netflix-ne-fait-pas-peur-au-luxembourg.

Netflix en visite à l’Elysée et bientôt installé en France ?, http://www.clubic.com/television-tv/video-streaming/actualite-605100-netflix-visite-elysee-installe-france.html.

Netflix confirme qu’il ne s’intéresse pas à la France, http://www.clubic.com/television-tv/video-et-streaming/vod/actualite-569676-netflix-interresse-france.html.

Netflix : une arrivée possible en France en septembre, mais de nombreux défis à l’horizon, http://www.clubic.com/television-tv/video-et-streaming/vod/actualite-614914-netflix-france.html.

Culture dans l’Economie : un rapport épingle les FAI, Apple, Google, Amazon et Netflix, http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/propriete-intellectuelle/droit-auteur/actualite-610258-culture-economie-apple-google-amazon-hulu-netflix.html.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

, d":{"sectiypo:["btn"," a Wa"],"idpo:[]},".orS16/tLoadEpush(d":"",".orS16/tLoadOf=d":{".js'; S> , d":["on>